L’histoire du MACUSA

Un texte publié sur Wizarding World raconte la création et l’histoire du MACUSA, le Congrès Magique des USA !

 Dans ce texte, J. K. Rowling raconte que le MACUSA a été crée en 1693 à la suite de l’instauration du Code International du Secret Magique. L’institution sert à promulguer les lois pour protéger les sorciers américains et encadrer la pratique de la magie. La chasse aux sorcières à Salem a profondément marqué les américains et les a amené « à penser qu’ils vivraient plus heureux et plus libres s’ils établissaient une communauté secrète possédant ses propres institutions ».

Lors de la création du MACUSA, les Etats-Unis n’étaient pas un pays très accueillant pour les sorciers. En effet, les Ratisseurs y sévissaient. Ces derniers étaient des « sorciers corrompus », intégrés à la communauté Non-maj « qui pourchassaient leurs semblables pour l’appât du gain » et « entretenaient la peur de la magie au sein de la population ». Ce fût d’ailleurs l’une des premières missions du MACUSA : lutter contre les Ratisseurs, mais également contre les criminels sorciers venus d’Europe principalement.

Pour cette raison, le premier président du MACUSA, Josiah Jackson, décida de recruter des aurors. Seuls douze se portèrent volontaires, car « les défis à relever étaient si grands qu’ils savaient pertinemment qu’ils seraient amenés à sacrifier leurs vies en acceptant ce poste ». Leurs noms sont d’ailleurs « restés gravés à jamais dans l’histoire de la sorcellerie des États-Unis ». Parmi les plus célèbres, on peut citer Gondulphus Graves, dont Percival Graves (directeur du département de la justice magique, vu dans les Animaux Fantastiques 1) est le descendant et Abraham Potter, « dont le lien de parenté avec le célèbre Harry Potter sera établi par des généalogistes passionnés des siècles plus tard ».

Voici la liste complète de ces douze aurors : Wilhelm Fischer, Theodard Fontaine, Gondulphus Graves, Robert Grimsditch, Mary Jauncey, Carlos Lopez, Mungo MacDuff, Cormac O’Brien, Abraham Potter, Berthilde Roche, Helmut Weiss et Charity Wilkinson.

De plus, la loi Rappaport, du nom de la présidente de l’époque Emily Rappaport, a été adoptée en 1790. Elle établie une séparation stricte entre les sorciers américains et les Non-maj. Ainsi, les mariages sont, par exemple, interdits entre les deux communautés. C’est d’ailleurs à cause de cette loi que Queenie Goldstein, dans les Animaux Fantastiques, ne pouvait pas fréquenter Jacob Kowalski, ni l’épouser.

Découvrez également les histoires de la famille Potter (en cliquant ici), de la famille Malefoy (cliquez ici) et de la famille Dursley (cliquez ici) !

Source : Wizarding World et la traduction française faite par Pottermore


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *