L’école de sorcellerie d’Ilvermorny

Dans un texte publié sur Wizarding World, J. K. Rowling nous donne quelques détails sur l’école de sorcellerie américaine : Ilvermorny !

Ilvermorny se situe en Amérique du Nord au sommet du mont Greylock et été crée au 17ème siècle par une sorcière irlandaise du nom de Isolt Sayre. Son père, William Sayre, était le descendant de la sorcière Morgane et sa mère était une descendante de Salazard Serpentard.

Isolt connut une enfance tragique. Sa tante, Gromlaith Gaunt, assassina ses parents, trop tolérants envers les Moldus selon elle. Elle voulu remettre Isolt dans le droit chemin en la kidnappant. Isolt ne fut pas autorisée par sa tante à posséder une baguette magique, ni à se rendre à Poudlard. Après douze ans de captivité, la jeune fille réussit à voler la baguette magique de sa tante et à s’enfuir de Grande-Bretagne. Elle embarqua pour les Etats-Unis en 1620.

Pour la petite histoire, « Isolt ignorait qu’elle tenait entre ses mains la baguette magique de Salazar Serpentard […] et que celle-ci contenait le fragment d’une corne de serpent magique : un Basilic ».

C’est aux USA qu’elle découvrit le lien étrange qui l’unit aux serpents. Après diverses péripéties, elle se maria au Moldu James Steward et recueilli deux jeunes sorciers qui avaient perdu leur parents : Chadwick et Webster. Ensembles, ils choisirent de prendre modèle sur Poudlard et ils décidèrent qu’Ilvermorny serait constitué de quatre maisons représentés par des animaux : l’Oiseau-tonnerre, le Wamatou, le Serpent Cornu et le Puckwoodgenie.

Pour certains, le Serpent cornu serait le synonyme de l’esprit, l’Oiseau-tonnerre de l’âme, le Puckwoodgenie du coeur et le Womatou du corps.

En quelques années, l’école acquis une solide réputation et s’agrandit progressivement pour devenir un château de granite. Elle accueille aujourd’hui tous les sorciers d’Amérique du Nord. Au sein du château se trouve un hall circulaire avec quatre sculptures en bois représentant l’une des quatre maisons. J. K. Rowling explique comment se passe la répartition : « les nouveaux étudiants font leur entrée dans le hall […]. Ils se tiennent en rang le long des murs, attendant qu’on les invite, chacun à leur tour, à rejoindre un nœud gordien gravé sur le sol de pierre. En silence, les élèves attendent alors le verdict des sculptures. Si le Serpent cornu souhaite accueillir un étudiant, le cristal serti dans son front s’illumine. Si le Womatou est intéressé par un élève, il se met à rugir. L’Oiseau-tonnerre, quant à lui, manifeste son approbation en battant des ailes et le Puckwoodgenie, en levant sa flèche dans les airs ».

Il se peut qu’un élève soit choisi par plusieurs maisons. C’est alors à lui de faire son choix. Dans des cas unique, « il arrive qu’un étudiant se voit offrir une place dans l’ensemble des quatre maisons. Séraphine Picquery, présidente du MACUSA entre 1920 et 1928, fut l’unique sorcière de sa génération à recevoir un tel honneur et choisit la maison du Serpent cornu ».

Une fois répartis, les élèves doivent ensuite aller chercher leur baguette magique dans la Grande salle de l’école. J. K. Rowling explique qu’avant l’abrogation de la loi Rappaport (en savoir plus), « aucun élève n’était autorisé à posséder une baguette magique avant son entrée à Ilvermorny. Ces dernières devaient d’ailleurs être laissées à l’école pendant les vacances, les élèves n’étant pas légalement autorisés à porter la leur en dehors de ses murs avant l’âge de dix-sept ans ».

Découvrez également les histoires de la famille Potter (en cliquant ici), de la famille Malefoy (cliquez ici) et du Congrès magique américain : le MACUSA (cliquez ici) !

Source : Wizarding World avec la traduction française de Pottermore


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *