Le sortilège du Patronus

J. K. Rowling a publié un texte, sur le site Wizarding World, sur le sortilège du Patronus ! En voici notre traduction : 

Le Patronus est le charme défensif le plus célèbre (et le plus difficile). L’objectif est de produire un gardien blanc argenté, qui prend la forme d’un animal. La forme exacte du Patronus ne sera pas apparente tant que le sort n’aura pas été lancé avec succès. Le Patronus, l’un des plus puissants charmes défensifs connus des sorciers, peut également être utilisé comme messager entre les sorciers. En tant que concentration magique pure et protectrice de bonheur et d’espoir, c’est le seul sort efficace contre les Détraqueurs. La majorité des sorciers sont incapables de produire des Patronus et en réussir un est généralement considéré comme la preuve d’un grand don pour la magie. 

Certains sorciers peuvent générer un Patronus incorporel, qui ressemble à une forme vaporeuse ou à de la fumée argentée. Dans certains cas, un sorcier peut choisir de produire un Patronus incorporel délibérément, s’il souhaite masquer la forme qu’il prend généralement (Remus Lupin, par exemple, craint que son Patronus corporel ne dévoile trop de choses sur lui). Le Patronus incorporel n’est pas un véritable Patronus et, même s’il offre une protection limitée, il ne peut pas fournir le pouvoir défensif du Patronus corporel, qui a la forme et la substance d’un animal.

Le sortilège du Patronus est l’un des plus anciens sortilèges et apparaît dans de nombreux récits de magie ancienne. Malgré une longue association avec ceux qui se battent pour de nobles causes (ceux qui sont capables de produire des Patronus corporels sont souvent élus à de hautes fonctions au sein du Magenmagot et du Ministère de la Magie), le Patronus n’est pas un sortilège inconnu de certains sorciers utilisant la magie noire. Bien qu’il existe une croyance répandue et justifiée selon laquelle un sorcier qui n’a pas le cœur pur ne peut pas produire un Patronus réussi (l’exemple le plus célèbre du sort qui s’est retourné contre lui est celui du sorcier noir Raczidian, qui a été dévoré par des asticots), quelques rares sorciers et sorcières aux mœurs douteuses ont réussi à produire le sortilège. Dolores Ombrage, par exemple, est capable de produire un Patronus ayant la forme d’un chat pour se protéger des Détraqueurs. Il se peut qu’une croyance sincère dans la justesse de ses actions puisse apporter le bonheur nécessaire. Cependant, la plupart de ces hommes et femmes, qui se désensibilisent aux effets des créatures sombres avec lesquelles ils peuvent s’allier, considèrent le Patronus comme un sort inutile à utiliser.

Aucun système fiable de prédiction de la forme du Patronus d’un individu n’a jamais été trouvé, bien que le grand chercheur du XVIIIe siècle sur les charmes, le professeur Catullus Spangle, ait énoncé certains principes qui sont largement acceptés comme vrais. Le Patronus, affirme Spangle, représente ce qui est caché, inconnu mais nécessaire au sein de sa personnalité.

Dans son livre intitulé « Charmes de défense et de dissuasion », Spangle écrit qu’ « il est évident qu’un humain confronté à un mal inhumain, tel que le Détraqueur, doit puiser dans des ressources dont il n’a pas forcément conscience. Le Patronus est le moi secret qui sommeille en lui jusqu’à ce qu’il en ait besoin et qui se dévoile alors ».

Selon M. Spangle, c’est ce qui explique l’apparition de Patronus sous des formes auxquelles le lanceur du sort ne s’attendait pas et pour lesquelles il n’a jamais ressenti d’affinité particulière, voire (dans de rares cas) qu’il ne reconnait pas. Spangle s’est également penché sur ces sorciers insolites qui produisent un Patronus prenant la forme de leur animal préféré :

« Je suis fermement convaincu qu’un tel Patronus est l’indicateur d’une obsession ou d’une excentricité. Il s’agit de sorciers qui ne peuvent pas cacher leur véritable moi dans la vie de tous les jours et qui peuvent, en effet, montrer des choses que d’autres préfèrent dissimuler. Quelle que soit la forme de leur Patronus, vous seriez bien avisé de faire preuve de respect, et parfois de prudence, envers un sorcier qui produit le Patronus de son choix ».

La forme d’un Patronus peut changer au cours de la vie d’un sorcier. On connaît des cas où la forme du Patronus se transforme en raison d’un deuil, d’une rupture amoureuse ou de profonds changements dans le caractère d’une personne. Ainsi, le Patronus de Tonks, qui était un lapin, est devenu un loup (et non un loup-garou) lorsqu’elle est tombée amoureuse de Rémus Lupin.

Il est habituel, mais pas inévitable, qu’un Patronus prenne la forme d’un animal que l’on trouve couramment dans le pays d’origine de la personne ayant lancée le sort. Compte tenu de leur longue affinité avec les humains, il n’est peut-être pas surprenant que parmi les Pattronus les plus courants (même s’il faut se rappeler que tout Patronus corporel est très inhabituel) figurent les chiens, les chats et les chevaux. Cependant, chaque Patronus est aussi unique que son créateur et même des jumeaux identiques ont été connus pour produire des Patronus très différents.

Il est très rare que des formes de Patronus aient disparu. Étrangement, les Patronus hiboux sont très inhabituels. Les Patronus les plus rares sont des créatures magiques telles que les dragons, les Sombrals et les phénix. Cependant, n’oubliez jamais que l’un des Patronus les plus célèbres de tous les temps était une modeste souris, qui appartenait à un jeune sorcier légendaire appelé Illyius. Il a utilisé son Patronus pour repousser à lui seul l’attaque d’une armée de Détraqueur. Si un Patronus rare reflète sans aucun doute une personnalité inhabituelle, cela ne veut pas dire qu’il sera plus puissant ou qu’il réussira mieux à défendre son sorcier. 

Découvrez également les histoires de la famille Potter (en cliquant ici), de la famille Malefoy (cliquez ici), de la famille Dursley (cliquez ici) et des « Vingt-huit Sacrés» (cliquez ici) !

Source : Wizarding World


Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.